Egalité des chances et diversité

 

 

Mercredi 17 Décembre 2008, Nicolas Sarkozy était à l’Ecole polytechnique de Palaiseau afin de promouvoir sa politique d’égalité des chances et de la diversité.

Usant de grandes phrases dignes d’un prêcheur d’église mais qui sonnent tellement fausses dans la bouche de cet individu qui a voulu nettoyer les banlieues au Kärcher, Monsieur Sarkozy veut nous faire croire qu’il est le nouvel apôtre du métissage.

Même s’il énoncé quelques évidences comme le fait que nous n’ayons pas le choix puisque la diversité qui existe en « bas » devrait être représentée en « haut », Monsieur Sarkozy s’est bien défendu d’émettre un quelconque propos susceptibles de détenir des connotations de discrimination positive fondée sur des critères ethniques.

En présentant son projet destiné à 5 domaines ciblés, Monsieur Sarkozy donnait l’impression d’un opportuniste qui, dans la continuité de « l’effet Obama », comprend la chance qu’offre l’actualité de se placer enfin du bon côté de la barrière en effectuant la promotion des minorités. C’est tellement mode !

Son plan, en fait très timide, se résume à réserver 25% des places dans les classes préparatoires aux grandes écoles aux meilleurs élèves boursiers afin de favoriser la mixité sociale (Auteuil Neuilly Passy…). En voulant créer ce genre de mesure Monsieur Sarkozy a-t-il réellement réfléchi au contexte dont sont issus une grande partie des jeunes, certes aptes intellectuellement à suivre ce genre de cursus d’études, mais totalement incapables socialement de les entreprendre : beaucoup appartiennent à des familles dont le niveau de vie est tellement précaire (vous savez qu’elles sont de plus en plus nombreuses ces familles en France aujourd’hui, Monsieur le Président) qu’ils n’ont pas le choix et l’auront encore moins dans les années à venir, compte tenu de la crise actuelle, que d’aller travailler pour fournir leur quote-part à un foyer qui s’enlise dans la misère de jour en jour. De surcroît, recruter les meilleurs éléments boursiers au sein des structures défavorisées risque d’augmenter gravement le fossé entre les établissements car certains seront les quartiers protégés de l’élite tandis que les autres ne deviendront que des nids pour recalés, les mal partis…

Au sein des entreprises, le Président souhaite populariser le réflexe du CV anonyme et devrait conseiller aux 100 plus grandes entreprises françaises de le mettre en place dès 2009 (pas de soucis donc pour la main d’œuvre venue d’Europe de l’Est qui accepte d’être embauchée à des salaires moins élevés… Car Monsieur Sarkozy n’a sans doute pas songé que si un CV anonyme ne comporte ni photo, nom, adresse, sexe, âge et nationalité, il demeurera toujours révélateur lorsqu’un candidat affichera un cursus universitaire exécuté à Varsovie…

Obligation faite aux entreprises de faire état, dans leur bilan, des actions qu’elles conduisent en faveur de la diversité : pas de problèmes pour les manutentionnaires, les aides soignants et autres agents de sécurité… A quand la vulgarisation des postes à hautes responsabilités dans les entreprises françaises confiés à des personnes d’origine maghrébine ou africaine ?

Attribution des marchés publics conditionnés à la mise en œuvre par les entreprises d’actions favorables à la diversité : aucune objection, la pelle et la truelle pour l’employé issu des minorités, le stylo et l’ordinateur pour le Gaulois…

Monsieur Sarkozy prévoit également la création de classes préparatoires aux concours de la fonction publique, sans tenir compte du fait que les épreuves en elles-mêmes sont de toute façon discriminatoires comme les langues vivantes que l’on acquiert surtout via des séjours linguistiques que les plus défavorisés ne pourront jamais s’offrir.

Cette politique de la diversité devrait aussi s’opérer au sein des partis politiques où des rapports annuels révèleront les efforts accomplis ainsi que dans les médias où le CSA publiera régulièrement un classement des chaînes favorisant le plus la diversité. On se croirait de retour à l’école avec la distribution des prix de fin d’année attribués aux bons éléments. Pour quand Harry Roselmack à la place de Nonce Paolini ?

La diversité, la mixité sociale, l’égalité des chances sont des mentalités, des ouvertures d’esprit ; cela se nomme la tolérance. On est tolérant de nature ou on ne l’est pas ; ce ne sont pas des lois ou des programmes qui changeront grand-chose car ceux qui désirent ardemment vivre en harmonie avec tous les citoyens ne se posent aucune question, c’est inné en eux ; les autres trouveront toujours une parade pour contourner les obligations.