Au-delà de l'espace

 

 

Le bleu des ouvertures tranchant sur le gris de la muraille, s'échappant de la percée d'une ruelle noyée dans les entrailles de la cité, semble vouloir narguer les cieux. Du fond de ce passage, perdue au pied de degrés séculaires, l'antre a paré son visage d'un masque aux reflets d'azur affirmant ainsi sa résistance à la vie. La bignone s'échappant du coeur de ces pierres stériles, symbole victorieux du vivant sur l'inerte, paraît également développer toutes ses forces afin de lécher les contours lointains de la voûte céleste de la pointe de son feuillage vert luisant. Elle orne la façade d'une parure lumineuse, la drapant dans une étole de verdure.
Loin des pensées sombres qu'inspirent les espaces enfouis, on songe à l'océan qui frappe puissamment le long des côtes escarpées, aux effluves iodées transportées par les vents marins, à l'infini du firmament par une belle journée d'été.