Avancer

 

 

Finalement rien ne sert de prévoir ; il n’arrive que ce que le destin veut bien nous accorder. Petite fille sage et timide, je me préparais à une existence rangée et classique. Studieuse, je m’imaginais très bien couverte de diplômes, exercer une quelconque profession nécessitant des connaissances certaines mais sans responsabilités ni perspective d’avenir. Je me serais mariée, j’aurais eu un enfant, mon auto, une maison, des meubles lourds et des vacances au Club MED. La sécurité, la sérénité, sans l’aventure. Fade.

Lorsque je t’ai rencontré j’avais déjà écourté mes études, j’avais un travail qui me répugnait, pour un salaire de misère dans une entreprise que je détestais et que je ne quittais que pour un studio de vingt mètres carré maigrement meublé de pacotilles sans valeur. Nous devions nous marier pour la vie, avoir au moins six enfants et partir élever les moutons dans les Cévennes.

Aujourd’hui je suis seule avec deux enfants, sans travail, habitant un logement avec vue sur cimetière, autoroute et voie ferrée, les trois compris pour le prix d’un. On pourrait penser que j’ai tout raté. Il n’en est rien. La situation n’est déduction que de la force avec laquelle j’ai enclenché les opérations. En fait ma tête était vide, mes membres inertes et ma volonté inexistante. Désormais je suis passée de l’autre côté du miroir. Je ressens enfin l’envie, je perçois le rêve qui me gagne et surtout le désir intense d’agir. Demain je serai peut-être chargée de mission à l’ONU, grand reporter au Nouvel OBS ou actrice célèbre couronnée d’un Oscar. Demain c’est sûr je serai quelqu’un de bien car je pense à tout ce que j’aime encore faire, je m’aperçois que je n’ai pas loupé ma vie mais que j’ai enfin trouvé ma vocation.

Avancer, bouger, bousculer.