Il y a des jours

 

 

Aujourd'hui le ciel est gris et il fait froid. J'ai le moral à zéro et l'envie de ne rien faire. Pour me changer les idées je suis allée au cinéma. Un vieux film américain en VO. La salle est presque vide.

Un jeune mange des bonbons en faisant craquer sans arrêt son sachet et en éparpillant les emballages sur le sol. Un vieux s'est endormi et sa transpiration envahit l'espace. Un homme d'une quarantaine d'années, puant l'alcool à vingt mètres, passe son temps à balayer en arrière une mèche de cheveux gras. Non loin de lui, un couple, sans âge bien apparent ; le type caresse les jambes de sa compagne qui râle à peine discrètement.

En fait, face à ces personnages pittoresques dans leur singularité, le film se déroulait plus dans la salle que sur l'écran. J'étais incapable de suivre l'intrigue.

A l'entracte, gagnée par la nausée que provoquait l'affluence des odeurs nauséabondes, je suis sortie. Le cœur  léger, j'ai respiré très fort l'air frais du dehors puis j'ai couru jusque chez moi. Je me suis préparé une assiette et un bon café ; ensuite je me suis couchée et j'ai regardé des émissions pour la jeunesse à la télé.

Il y a des jours on ferait mieux de ne pas se lever.