La piste aux étoiles

 

2-2-1.jpg

 

La nuit s’accroche encore aux courbes rondes des reliefs tandis que des brumes matinales se nichent au creux des vallons. Les heures sont bleues, d’un bleu si profond que l’espace tout entier semble noyé dans cette monochromie.

Lorsque la nuit s’éteint, des vapeurs éthérées ondulent sur les prairies, laissant enfin transparaître l’éclat émeraude de l’herbe fraîche, la splendeur flamboyante d’une nature demeurée intacte dans sa beauté originelle.

Au détour d’un sentier boisé, le regard se pose sur les vestiges d’une vieille auto où l’homme simple s’attarde pour contempler ce paysage dont la pureté n’a d’égale que celle du diamant.

La lumière révèle tous les secrets, dévoile l’amour caché dans les moindres recoins, dessine les rêves les plus insolites.

Si fragile, tellement insignifiant,  sous l’immensité de la voûte céleste, l’homme craint de se perdre dans les filets d’un univers qui lui échappe. Tellement de regrets pour toutes les fausses promesses,  de fuites indignes en des repaires ténébreux.

Un vieux banc délavé par les outrages du temps. Une charmante place lumineuse au cœur d’un village ordinaire. Tu attends impassiblement en relisant ces quelques lignes d’espoir tracées sur un banal bout de papier. Une brise légère joue dans tes cheveux. Tu la laisses caresser ton visage, ton regard semble croiser son reflet. Il y a si longtemps que tu as été largué sur le quai d’une gare abandonnée que ton unique projet est de t’évader de ces palais sous le vent. Ecrire sur tous les murs les affres d’un cœur désenchanté.

Elle ne viendra pas. Ultime galéjade. Tu n’espéreras plus.

Tandis que le crépuscule embrase le berceau céleste de rose et d’orangé, tu empruntes cette route oubliée qui serpente à travers la campagne, à la rencontre éventuelle d’autres âmes égarées.

Triste clown cruellement abusé par des offenses déloyales, tu veux croire encore, qu’au-delà des vallées qui s’endorment paisiblement, se déroule, rien que pour toi, le tapis rouge qui mène à la piste aux étoiles.