Programme

 

 

Tous les lundis j’achète mon hebdomadaire télé. Je ne sais pas pourquoi car, en fait, la télévision je la regarde jamais. C’est un rituel, encore un de ces actes incontrôlés, il faut que j’ai mon journal. Le pire c’est que je le feuillette à peine en début de semaine et qu’ensuite je l’abandonne dans un coin.

Faut dire qu’à la télé c’est souvent nul. Moi, les émissions durant lesquelles des gens déblatèrent pendant des heures pour ne rien dire, où tu te demandes si tu vas pas assister à un meurtre en direct tellement ils sont hargneux, ça m’attirent guère ; à la longue je finissais toujours par m’endormir dans mon fauteuil ; quand je me réveillais l’écran était chargé de neige et je sentais plus mes membres.

Désormais je suis prévoyante ; je vais droit au lit, ça coûte moins cher en courant et c’est plus confortable. Lorsqu’il y a un film, c’est toujours un qu’on a déjà vu ; à la fin c’est lassant ; tu connais tellement bien l’intrigue que t’es capable de jouer dedans. Charmant quand tu te rappelles, dès le début, qu’à tel passage, le héros il fait un gros câlin à la belle et toi t’es toute seule à serrer ton oreiller ! Bon d’accord, il y a les informations ; c’est vrai qu’il est indispensable d’être averti de ce qui se passe dans le monde ; hélas côté scénario et dialogues c’est encore plus lamentable que dans les films à catastrophes. Moi je te dis que la réalité elle a de sacrées longueurs d’avance sur la fiction en matière de tragédie. Tous les soirs c’est la même chose, on s’entend dire qu’on est foutu de partout et en plus ils ont les preuves ; tu parles que moi c’est pas fait pour me remonter le moral ces histoires-là ; déjà que j’ai vue sur un cimetière, c’est un coup que dans un moment de déprime je commette l’irréparable et que je rejoigne les locataires de derrière. Faut pas croire que je suis une fille pessimiste mais reconnais que globalement c’est de l’arnaque cette redevance qu’on nous impose.

Effectivement, de temps en temps, rarement, très occasionnellement, en survolant mon magazine télé je m’aperçois d’une émission potentiellement attirante ou d’un inédit à priori digne d’intérêt. Malheureusement, comme je ne sais jamais où il est ce satané programme, quand je le retrouve, je me rends compte que c’était la veille. Je crois bien que je vais vendre mon poste, comme ça je serai plus tentée d’acheter l’hebdo.