Ta vie

 

 

Ta vie, tu ne la voyais pas franchement comme ça. Tu ne la voulais pas du tout telle qu’elle s’affiche aujourd’hui. Tu avais des idées plein la tête, des envies à revendre, des refus catégoriques. Tu rêvais, trop, peut-être, sans doute. A force d’imaginer, tu es passé à côté de la réalité, celle qui aurait désormais tes préférences et tu as échoué dans une carrière de désillusions et de solitude.

Tu te retrouves ici, embarrassé d’un tas de bagages encombrants, entouré de gens qui ne te font même pas palpiter, noyé dans un système auquel tu ne comprends rien. Tu aimerais bien effacer l’ardoise et recommencer l’opération ; le résultat est faux, tu le sais ; les autres te regardent ; ils attendent ta chute car ils sont conscients que l’on ne revient jamais en arrière. Pas même de pause, arrêt sur image, afin de reprendre ton souffle, tenter d’y voir plus clair, plus loin dans ce brouillard si dense. Hélas l’acquis demeure ; il laisse des traces indélébiles, elles te suivent et te hantent ; et leurs voix pour te rappeler tes erreurs.

Tu n’es pas convaincu d’être entièrement responsable ; ignorance stupide ; les données du problème n’étaient certes pas nettement énoncées mais cela fait partie des règles du jeu ; il faut toujours savoir tricher avant d’apprendre à jouer. Tu étais persuadé pouvoir rencontrer une âme charitable dans cet univers cruel ; tu n’avais rien saisi. Pas de pitié d’ordinaire, l’indifférence voire la jalousie ont perpétuellement été les tendances morales ; derrière leurs sourires aimables, les êtres te tendent une main faible pour t’attirer tandis qu’ils cachent dans leur dos un bras puissant pour t’enfoncer.

Que faire maintenant ? Accepter l’évidence mais ne pas admettre que tes échecs passés et tes illusions perdues sonnent actuellement ton glas ; surtout ne pas leur offrir la joie d’un aveu déplorable, les ignorer et ne plus rien attendre d’autrui. Aucune survie n’est concevable pour les vaincus d’emblée et les désespérés du bout de la nuit. Ta vraie victoire contre eux tu la gagneras d’abord contre toi, par une renaissance éblouissante après un combat acharné. Tu dois rebâtir des espérances neuves, fonder des certitudes nouvelles dans un contexte maîtrisé et avancer. Comme moi.