Accident

 

 

Nuit blanche et tranquille,
Pas d'anormal dans l'immobile.
Pluie et vent,
En cette saison rien d'étonnant.
Le monde dort,
Il roule encore.
Tout va très bien,
Hormis de légers riens.
Un peu fatigué,
Mais quarante ans et quelle journée !
Les réunions, les téléphones
Dans sa tête résonnent.
Une petite grimace,
Tout s'efface.
Ne pas penser,
Oublier.
Une fois la porte fermée,
C'est du passé.
Les yeux clignotent,
Une fausse note.
Bien sûr, cette soirée !
Il y en a tant en fin d'année.
Rien de méchant, d'insupportable,
Quelques amis autour d'une table,
Un bon repas et des petits verres,
Tout de même pas l'enfer !
Sans tout cela, pourquoi la vie ?
Survivre ne serait qu'ennui.
Il est tard
Et tout ce noir.
Dans son cerveau, comme ça tonne,
Il n'y croit pas, s'en étonne.
Il est en pleine forme,
Dans les bonnes normes,
Il est un homme,
Quelque chose en somme !
Avec toutes ses facultés, ses dispositions,
Enfantin que de choisir ses passions.
La vie ne s'arrête pas à quarante ans,
Il ne peut rester à l'état latent.
Cette nuit est quand même dure,
Cette route et tous ces murs.
Surtout ne pas les perdre du regard
Afin que sa raison ne s'égare.
Il allume une cigarette,
Enclenche une cassette,
Quelque part un restant de fête,
Les manèges tournent dans sa tête,
Il se sent faiblir,
Se voit partir,
Son existence culbute,
C'est la chute,
C'est pas possible, c'est trop insolent,
La vie s'arrête aussi à quarante ans.