Là-bas

 

 

Un oiseau sur une branche,

Un parfum de rose blanche,

Doux repos des heures

Où s’égraine mon bonheur.

Parmi ces fleurs

Qui étalent leurs couleurs

Je vis ici dans la douceur

Du calme et de ses senteurs.

Pas de bruit,

Ni larmes ni cris

Ne viennent troubler cette vie

D’où même l’ennui est banni.

Jamais de nuages

Toujours cette belle image

De carte postale ensoleillée

Où il fait bon être né.

Oublié l’insupportable passé,

Ses fausses joies, ses futilités.

Jetées loin les ambitions,

Enfin libres les passions.

S’asseoir et déguster

L'exquise saveur de la paix retrouvée,

Ecouter le vent,

Prendre vraiment le temps

D’admirer cette nature

Qui dans son essence demeure pure.

Puis chaque matin,

Saisir ta main,

Tranquillement suivre le petit chemin,

Sans jamais tenter de dessiner des lendemains.