Soldat

 

 

Soldat part à la guerre

Pour défendre ses frères,

Effacer les enfers

Et mourir pour cette terre.

 

Chevalier vaillant de tous les temps

Dans son armure a traversé les ans.

Il souhaiterait s’arrêter un instant

Mais la paix n’est pas encore pour maintenant.

Lutter contre les vents,

Abattre les titans,

Son unique destinée,

Sa seule raison d’exister.

Un autre siècle s’achève,

Il attend toujours la relève.

Hélas il subsiste des révolutions,

Des haines et des soumissions.

En ces combats, aux champs d’honneur,

Il doit vivre ses heures,

Nos jours sont entre ses mains,

De son courage dépendent nos destins.

Il le sait, il l’admet,

En dépit des questions, des regrets.

A la vue des géants qui se déchirent

Pour ensuite mieux se sourire,

Face à ces cimetières qui se remplissent

De trop d’âmes mortes par injustice,

La raison l’abandonne,

En son sommeil des chars résonnent.

Le dégoût l’envahit

Devant ces vies

Que sans pitié l’on assassine,

Sans que ce ne soit ni honte ni crime.

Combattre les souffrances,

Détruire les décadences,

Afin que renaisse l’espoir,

Pour assagir l’histoire,

Il suit tous ces chemins

Mais prie pour ses matins.

Lutter pour faire semblant,

Seulement prouver que l’on est les plus grands,

Ravager les contrées sans remords,

Partout semer la mort,

Tuer des innocents,

Massacrer les enfants,

Violer les femmes,

Déchaîner les larmes,

Tous ces clichés assaillent sa mémoire

Et engendrent la peur quand vient le soir.

Désormais il rejette toutes ces attitudes

Encrées dans les habitudes.

Du soldat il désire une autre image,

Une considération différente du personnage.

Il veut être ce héros qui tombe pour sa patrie,

Pour sa bravoure que l’on envie,

Qui périt debout

Plutôt que de trahir à genoux,

Pour sa loyauté que les nations décorent,

Pour sa fierté que les familles honorent,

Mais plus ce type anonyme et sali,

Vétéran trop tôt vieilli et maudit,

Qui livre bataille sans répit

Et meure dans l’oubli.